Vous avez décidé de vous lancer dans le graffiti et vous ne savez pas par où commencer ? J’ai ce qu’il vous faut : de bons et précieux conseils.

Je croyais tout savoir quand j’ai déterré mes feutres il y a quelques semaines. J’avais tout faux ! Donc, j’ai fait des recherches. Dans les paragraphes ci-dessous, je vous livre les résultats de ce que j’ai lu et mis en pratique.

1.Connaître l’histoire du graffiti

Le graffiti doit être traité comme n’importe quel art. Le mieux est de commencer à s’intéresser à son histoire. Internet regorge d’informations à ce sujet. Mais il existe quelques références qui valent le coup d’être connues.

Films et documentaires

Wall writers, est un long-métrage documentaire réalisé et produit par Roger Gatsman. Il retrace de façon authentique le début du graffiti aux États-Unis, entre 1967 et 1973. C’est à la fois un documentaire incontournable et exceptionnel pour comprendre l’émergence de cette pratique artistique dans la culture Nord-américaine. On y découvre par ailleurs, au travers d’interviews exclusives, l’identité des pionniers du mouvement tel que CORNBREAD, TAKI 183, KOOL KLEPTO et une vingtaine d’autres. Le tout enrichi de photographies rares et d’images d’archives, jusque-là jamais diffusées, qui font de Wall writers, de loin, le documentaire le plus complet sur le sujet. Disponible uniquement en anglais, https://www.dailymotion.com/video/x6g1sni

 

Style wars est un documentaire américain datant de 1983. Il a été réalisé par Tony Silver et produit en collaboration avec Henry Chalfant. Il relate de la passion des graffeurs new-yorkais pour les trains et de leurs motivations à graffer, au début des années 80. C’est l’un des meilleurs documentaires pour se familiariser avec les techniques, les codes et le vocabulaire propre au graffiti. On y apprend, grâce aux témoignages de SKEME, KASE et plusieurs autres graffeurs, les raisons pour lesquelles le métro sert de surface de création du graffiti. Vient s’y ajouter, à partir d’interviews, le point de vue contrasté des acteurs culturels, de l’opinion et des autorités publiques sur ce phénomène qui divise la société américaine de l’époque.

Style wars s’inscrit donc parmi les documentaires culte à regarder pour développer ses connaissances sur le graffiti.

 

Beat street est un film américain datant de 1984. Il a été réalisé par Stan Lathan et produit par Harry Bellafonte. Il raconte l’histoire d’un groupe de 4 jeunes, résidant dans le quartier du Bronx, qui veulent percer dans le showbiz grâce à leur talent. C’est le premier long-métrage de fiction qui va aborder la relation existante entre le mouvement Hip-hop et le graffiti. Cette fiction représente le témoignage emblématique d’une génération révoltée qui va bouleverser le caractère de la pop culture américaine et va propulser le graffiti au-delà de ses frontières.

 

Faites le mur est un film documentaire américano-britannique, sorti en 2010. Il a été réalisé par le célèbre pochoiriste Banksy. Il dépeint la passion de Thierry Guetta pour le street art à partir de ses diverses escapades auprès d’artistes tels que Shepard Fairey (OBEY) et Space Invader. C’est une réalisation hors du commun qui nous dévoile l’évolution des pratiques dans le milieu du graffiti au cours des années 2000. Faites le mur n’est pas destiné à enseigner. C’est plutôt la réalisation poétique d’un documentaire qui vise à s’interroger sur l’aspect mercantile du graffiti.

Les livres

Découvrir et comprendre le graffiti est un livre français écrit par Bernard Fontaine. C’est un panorama chronologique et illustré de l’histoire du graffiti, des grottes de Lascaux au début du XXIe siècle. Il décrypte le mouvement du street art sur les cinq continents et montre comment le graffiti, entre reconnaissance et répression, tisse des liens avec l’histoire. À la fois outil de découverte et référence à consulter, il constitue une véritable source de documentation, à l’usage de tous. 

 

Subway art est un livre collaboratif de Martha Cooper et d’Henry Chalfant, sorti en 1984. Il immortalise le début de l’histoire du mouvement des graffitis à New York.

C’est une superbe archive illustrée et haute en couleur qui permet de regarder les réalisations de plusieurs graffeurs. Subway art a été décrit comme une “histoire photographique marquante” et est indispensable pour quiconque s’intéresse à l’histoire de ce mouvement.

2.Se procurer le matériel de base

Une fois l’épreuve de culture générale passée, on peut commencer à rentrer dans le vif du sujet. À savoir ce qu’on utilise pour débuter en graffiti.

 

Le sketch book, est un carnet de feuille de dessin blanche. Il est utilisé par les graffeurs pour réaliser l’esquisse de leur masterpiece. Outil indispensable dans le parcours de l’apprenti graffeur, c’est le parfait terrain de jeu pour écrire, expérimenter et pratiquer le graffiti, où que vous soyez. Il en existe de toutes les tailles et de qualité différente. Mais à ce stade de votre apprentissage, il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup d’argent.

 

Le crayon à papier, est l’outil de dessin le plus simple au monde. Il s’adapte parfaitement aux débutants. Il s’utilise pour esquisser la forme initiale des lettres du graffiti. La simple ébauche du projet au crayon peut parfois devenir une belle oeuvre.

 

La gomme est un objet indispensable en dessin. Elle est idéale pour effacer les traits de crayon.

3.Choisir un blaze

Parce qu’il faut bien un point de repère au départ !

Le blaze, est le pseudonyme du graffeur. Il est à la base de la création du graffiti. Utilisé aussi pour signer une oeuvre, il prend la forme d’un texte calligraphié appelé “tag”. Souvent choisi pour l’harmonie des lettres en elles, le tag reflète avant tout quelque chose de votre histoire intime. Inutile de trop se focaliser sur une seule idée. Plusieurs essais sont à prévoir avant de trouver le bon.

4.Étudier le travail des autres

Je ne me suis pas intéressée au graffiti par hasard. Sans doute, comme moi, vous éprouvez une certaine attirance pour ces œuvres.

Internet, instagram, les livres et les magazines spécialisés ou les graffitis de votre quartier…il est très facile de voir des compositions faites par des graffeurs experts. C’est une démarche utile pour développer ses connaissances et s’inspirer. Il existe une infinité de styles, allant de la calligraphie classique au script. Ce qui importe, c’est de visualiser l’enchaînement des lettres.

5.S’entraîner

C’est le moment de noircir les pages de votre carnet de croquis, avec votre tag. Celui que je préfère.

S’entraîner reste la meilleure solution pour faire de bons graffitis. C’est à partir du style “block letter” qu’on s’initie le plus facilement au lettrage. La forme de la base des lettres est carrée ou rectangulaire. L’essentiel est d’avoir un rendu uniforme en hauteur et largeur et qui soit lisible. À force de répétition on perfectionne son style. Puis, à long terme on dessine progressivement des figures plus compliquées. 

 

Le graffiti est une activité à portée de tous qui peut se pratiquer à moindre coût. A vous de jouer maintenant !