Naíma Almeida est une graphiste brésilienne qui crée des œuvres en utilisant le feutre comme matériau. Ses compositions sont faites avec des morceaux découpés, incrustés, superposés puis collés un par un. Lhama” est le premier projet qui lui a permis de travailler cette matière. L’ensemble prend forme et s’imbrique à la perfection, laissant place, au final, à une explosion féerique de couleurs, où l’on distingue clairement une combinaison florale.

L’utilisation du feutre, dans la conception de ses œuvres, lui est venu en voulant rompre avec son quotidien de graphiste en agence. La réflexion l’a donc poussé à se tourner vers des travaux manuels, une activité de loisirs qu’elle ferait simplement pour le plaisir. Puis elle est tombée sur un article de blog DIY qui proposait la création d’un napperon en feutre. Elle s’est laissée tenter par l’expérience qu’elle a fini par adopter.

Naima Almeida décrit son processus créatif comme suit, dans une interview accordée au site urban decades :
“Habituellement, je me lance un défi technique, soit, je vais faire une pièce qui n’a que 10 couches à coller, soit j’essaierai de faire une composition avec les plus petites pièces que j’ai. […]je fais beaucoup de brouillons sur ordinateur, j’expérimente les compositions jusqu’à déterminer si j’atteindrai l’objectif initial. C’est à cette partie du processus que vient le thème. […] Je commence alors à couper et à superposer les pièces que j’avais prévues. Au cours de ce processus ça m’arrive de modifier le projet initialement prévu.[…] Jusqu’à la fin, je ressens la nécessité d’inclure autre chose ou de changer une couleur ou une forme

Pour ce qui est de ses inspirations, c’est avant tout le monde de la mode qui l’attire. Instagram est l’un de ses outils favoris, qui grâce à son algorithme, lui fait découvrir de jeunes talents. Aussi bien des stylistes que des artistes. Il lui favorise aussi la mise en relation avec des personnes dont elle apprécie particulièrement le travail. 

Mais pour citer parmi les plus célèbres, elle fait référence à Kennedy Bahia, un artiste chilien qui a vécu au Brésil et qui était très influent dans les années 60. Il y a aussi le designer Paul Rand, qui pour elle manie très bien la réalisation d’œuvres d’art dans des domaines divers comme le design, l’art et l’illustration. On retrouve leur influence dans son projet appelé “Tropicaliente” 

Spécialisée dans la conception graphique et les projets faits main, Naima voit le design comme une trame où les zones créatives s’entrelacent. Une possibilité d’enlever les frontières définies entre design et art, manuel et numérique. Pour elle, l’ensemble de ces domaines doivent concourir pour un seul et même objectif : celui d’un projet totalement accompli. 

Le travail de Naima a été récompensé à de multiples reprises. Figurent parmi ses prix le D&AD de Londres, le Clio à New York, la Biennale ibéro-américaine de design à Madrid, le Latin America Design Award au Pérou. Sans compter qu’elle a aussi collaboré avec des clients tels que le Washington Post, TimeOut New York et Instagram.

View this post on Instagram

Em andamento. 🔪🔪🔪

A post shared by Naíma Almeida (@naima.almeida) on

View this post on Instagram

Quase pronto 😅

A post shared by Naíma Almeida (@naima.almeida) on